Le parcours singulier d’un auteur, Georgina Moskovitch


Georgina Moskovitch à gauche, Corinne Prévost à droite.

Le parcours singulier d’un auteur,

venu sur le tard Ă  l’écriture de livres jeunesse.

Rencontre avec Georgina Moskovitch,
nouvelle venue dans le monde de la littérature jeunesse.
Comment d’une vie professionnelle bien remplie,
dĂ©bouche-t-on sur le mĂ©tier d’auteur de livres pour enfants ?

 Interview  du 18 octobre 2018
par le comité de rédaction du blog (CR)

 

 CR : Qu’est-ce qui vous a conduit Ă  l’écriture ?

Georgina : J’ai toujours adorĂ© Ă©crire ; dĂšs l’ñge de 15 ans, jâ€˜Ă©crivais dĂ©jĂ  de la poĂ©sie, des nouvelles. Plus tard, un petit recueil de poĂšmes a mĂȘme Ă©tĂ© Ă©ditĂ© (« la plume d’oie »).

 CR : Et ensuite, votre parcours professionnel vous a-t-il mis en relation avec la littérature ?

Georgina : Je me suis mariĂ©e. J’ai eu ma premiĂšre fille et ai donc dĂ» travailler comme secrĂ©taire sans pouvoir suivre les conseils d’un professeur de français qui m’encourageait Ă  suivre des Ă©tudes littĂ©raires. Toutefois, ce professeur m’a introduit dans son « AcadĂ©mie de poĂ©sie » Ă  Nantes ; nous Ă©tions quelques personnes Ă  nous rĂ©unir rĂ©guliĂšrement pour Ă©changer sur la poĂ©sie, la littĂ©rature. Les charges familiales et professionnelles m’ont ensuite rattrapĂ©es et  j’ai dĂ» interrompre ces rencontres littĂ©raires.

Avez-vous eu l’objectif de vous rapprocher professionnellement du secteur des livres jeunesse ?

Exercer un mĂ©tier en lien avec les livres Ă©tait un dĂ©sir profond. Une rencontre avec une bibliothĂ©caire va changer le cours de ma vie et me permettre de rĂ©aliser mon rĂȘve.

AprĂšs avoir passĂ© avec succĂšs plusieurs examens et concours, j’ai obtenu le sĂ©same pour en faire mon mĂ©tier. Je m’y suis lancĂ©e avec enthousiasme et ai travaillĂ© dans plusieurs bibliothĂšques nantaises dont celle du Conservatoire de musique; je n’y connaissais absolument rien Ă  la musique mais j’ai quand mĂȘme acceptĂ© le poste, toujours curieuse de dĂ©couvrir de nouveaux horizons. Ce fut une expĂ©rience trĂšs enrichissante; j’y suis restĂ©e 7 ans puis j’ai pris des responsabilitĂ©s dans mon mĂ©tier de bibliothĂ©caire, mon mĂ©tier passion.

Et la littérature jeunesse ?

Mes meilleurs souvenirs restent les moments passés avec les enfants, lors de mes fonctions en secteur jeunesse. Ce fut vraiment un temps fort dans mon parcours professionnel.

Aviez-vous conservĂ© le goĂ»t de l’écriture de votre jeunesse?

Oui, il restait lĂ , latent et attendait sans doute le moment de s’épanouir.

La retraite arrive


Oui, et je dĂ©cide de la passer Ă  PĂ©nestin,  je me sens encore pleine d’énergie. Un nouveau projet ? Ă©crire des livres pour les enfants.

Comment avez-vous concrĂ©tisĂ© ce projet d’écriture ?

Une rencontre fortuite va de nouveau me permettre de passer du rĂȘve Ă  la rĂ©alitĂ©.

Devenue, Ă  la suite d’une coĂŻncidence, vendeuse dans une petite boutique de produits rĂ©gionaux, Ă  PĂ©nestin, je rencontre une nouvelle collĂšgue dont je dĂ©couvre avec dĂ©lice le talent de dessinatrice , talent que je ne possĂšde pas du tout : Corinne PrĂ©vost .

Nos passions d’écriture pour moi et d’illustratrice pour elle vont se conjuguer Ă  partir d’un petit hĂ©risson dĂ©couvert dans ses cartons Ă  dessins.  Ainsi naĂźt ZĂ©bulon et ses premiĂšres aventures avec « Petit Chat  ».

Comment s’est articulĂ© votre travail avec celui de Corinne PrĂ©vost ?

Au point de dĂ©part, ce petit hĂ©risson m’a inspirĂ©e. Corinne m’a demandĂ© d’écrire l’histoire. Ensuite elle s’est emparĂ©e, en totale libertĂ©, de mon rĂ©cit pour rĂ©aliser ses illustrations avec beaucoup de justesse et de finesse.

Comment avez-vous trouvé un éditeur ?

Dans un premier temps, nous nous sommes auto-Ă©ditĂ©es puis nous avons Ă©tĂ© mises en contact avec une jeune maison d’édition dans le Cantal qui a acceptĂ© de diffuser « Petit Chat et ZĂ©bulon le hĂ©risson ».

Que vous  apporte une maison d’édition par rapport Ă  l’autoĂ©dition ?

Cela nous permet d’avoir un statut d’auteur Ă©ditĂ©, d’ĂȘtre reconnues, notamment par les librairies et les mĂ©diathĂšques.

Les ventes sont-elles au rendez-vous ?

Nous avons vendu pas mal d’exemplaires sur les marchĂ©s, au salon du livre de Kercabellec et aussi sur le site de l’éditrice.

Quels sont vos projets ?

Avec Corinne PrĂ©vost, nous allons Ă©crire et illustrer quatre nouvelles histoires de ZĂ©bulon sur un thĂšme diffĂ©rent ( par exemple le prochain portera sur l’amitiĂ© ) avec Ă  la fin du livre un espace documentaire en lien avec le rĂ©cit. J’ai Ă©galement repris une histoire que j’ai Ă©crite il y a trĂšs longtemps « Un monde Ă  l’endroit, un monde Ă  l’envers ».

J’envisage Ă©galement de proposer des lectures aux malvoyants.

Mon projet de voir Ă©ditĂ©es en breton les aventures de ZĂ©bulon vient de se concrĂ©tiser avec  » Petit Chat et ZĂ©bulon « . J’en suis trĂšs heureuse.

A titre plus personnel, je pense Ă  l’éventualitĂ© de rejoindre aussi  « Lire et faire lire » Ă  PĂ©nestin.

Pourrait-on dire que vous avez su saisir l’opportunitĂ© de rencontres pour rĂ©aliser vos rĂȘves littĂ©raires?

Oui en effet. Mais tel Ă©tait sans doute mon destin car je ne crois pas au hasard !

 

Merci à Georgina  Moskovitch pour sa sincérité et sa disponibilité.

 

 

Le 18 octobre 2018

Chantal et Françoise

Publication du 12 décembre 2018

pour la trouver sur le site des Ă©ditions Malaloire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Google+. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s