La femme oiseau

Auteur : Sumiko YAGAWA

Illustrateur : Suekichi AKABA

Editeur : Circonflexe

DATE D’ÉDITION : 1979

 FORMAT : 24 x 24,7

MOTS CLÉS : générosité, trahison, appât du gain

GENRE : album

Résumé du livre

Un joli conte japonais traditionnel qui met en scène une grue et un pauvre pêcheur.
Cette grue, sauvée d’une mort certaine par le jeune pêcheur va se transformer en une belle et douce jeune fille qui lui demande de l’épouser.
Pour les sauver de la famine, la jeune femme lui propose de tisser une étoffe dont les qualités sont exceptionnelles.
Une seule condition : « Lorsque je tisse, ne m’observe jamais à la dérobée ». Yobé obéira-t-il à cette injonction ? l’appât du gain ne sera-t-il pas le plus fort ?

Intérêt du livre

Les dessins du peintre Suekichi Akaba (Prix Andersen pour l’ensemble de son oeuvre) sont de véritables lavis japonais, d’une grande élégance qui nous aide à entrer dans l’atmosphère toute en douceur de la culture japonaise. Ces illustrations accompagnent parfaitement un récit bien construit qui met en exergue les valeurs de la confiance, du don de soi mais aussi de la trahison du mari…. La chute très poétique saisit le lecteur par son côté sombre.

Réactions des enfants

Les enfants sont totalement captivés par ce récit construit avec une intensité graduelle, habilement menée.
Ils aiment cet univers japonais inhabituel et éprouvent une grande empathie pour cette jeune femme si dévouée et si belle. L’appât du gain dont fait preuve l’époux les révolte, la chute cruelle mais très morale les enchante .

Public

CE1 CE2

Médiathèques Presqu’île Estuaire

Pornichet – Saint-Nazaire

Fiche lecture de Chantal Beunet (membre du CLPE 44)

Evaluation du Comité de Lecture (séance du 6 Octobre 2020)

Un joli conte mené tout en douceur mais avec une précision chirurgicale qui fait craindre le pire pour ce mari si peu respectueux.Des lavis d’une grande élégance, fidèles à l’art nippon. Une introduction au travail de ce peintre japonais reconnu, qui dévoile aux enfants le symbole de la grue, figure emblématique du bestiaire traditionnel japonais.
Un joli conte délicat à lire sans retenu à partir du CE1.

Publication du mercredi 18 novembre 2020

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s