Patrick Ben Soussan, Pédopsychiatre

fin connaisseur de la littérature des tout-petits.

A propos de son livre : « Les livres et les enfants d’abord » (éditions Erès, collection 1001bb, 2022 )

... »Je n’ai jamais lu de livres aux bébés.
Je lisais des livres avec eux »

Patrick Ben Soussan, pédopsychiatre , praticien hospitalier des centres de lutte contre le cancer intervient à l’institut Paoli-Calmettes , à Marseille , dans le département de psychologie qu’il dirige . Il a présidé l’Agence « Quand les livres relient » de 2010 à 2012. Aux éditions Érès, il dirige la collection « 1001bb ». 

…« En plus du livre,
il faut offrir la personne qui lit avec les enfants »..

Pour lui , la littérature jeunesse aux tout-petits, favorise le dialogue , l’échange, le « être avec » et le « être ensemble » : « En plus du livre, il faut offrir la personne qui lit avec les enfants ».  Lire avec les tout-petits est enrichissant et passionnant. C’est un moment de partage , de plaisir et l’intellect du tout-petit « travaille » ; l’activité intellectuelle psychique du tout-petit est intense lorsqu’un adulte lit un livre avec lui. 

Dès les années 1970 , il lisait AVEC ( et non AUX comme il le précise) des bébés dans leurs incubateurs : le tout-petit est un être à part entière, actif, investi, émotionnable et non pas une feuille blanche, une bouche à nourrir….Un moment réjouissant, le plus important  étant de prendre le temps de lire avec les tout-petits ( la salle d’attente et son bureau regorgent de livres ) alors que ses collègues n’en saisissaient pas l’utilité vu que selon ces derniers « ces bébés ne comprenaient certainement rien ! »  

Ainsi il a contribué à faire évoluer les pratiques des professionnels, car petit à petit , ces derniers se sont rendu compte que, pendant et après les lectures, ces tout-petits malades respiraient mieux, retrouvaient une température normale, étaient apaisés….

Sa connaissance fine des albums jeunesse dont témoigne la riche bibliographie citée dans son livre  lui a permis, en 2000, de rencontrer sa future épouse, Corinne Dreyfus, talentueuse autrice-illustratrice.

Et les livres tournés vers l’éducatif tel Tchoupi souvent réclamé par les enfants?

Des éditeurs s’engagent à promouvoir une vraie qualité artistique et narrative. Des bibliothécaires et des libraires spécialisés s’investissent pour mettre en avant des albums tellement riches, émouvants, beaux… N’est-ce pas triste de ne pas les rendre accessibles au plus grand nombre ? N’est-ce pas triste qu’ils ne soient encore réservés qu’à de rares privilégiés ? 

« Le livre seul n’existe pas . Il n’existe que par la présence de celui qui l’apporte » .

Propos recueillis par Anne-Flore Hervé , lors d’une interview le 21 Février 2022 dont vous trouverez le contenu intégral ici.

Intervention à l’école des loisirs « Aux livres les bébés » (Mars 2017)

Lors de cette rencontre , Patrick Ben Soussan explique le développement du tout-petit en insistant sur l’impact et les bienfaits du livre . 

« La découverte du livre par le tout-petit est en lien direct avec sa maturation neuro-cérébrale . Vers 4 mois , il commence à bien tenir sa tête et pourra diriger sa tête vers un objet, donc un livre qui est , pour l’instant, un objet. Mais dès les premières semaines de sa vie, même s’il ne distingue ni les formes, ni les couleurs , le bébé sera tout à fait en mesure de « capter » ce qu’on lui raconte. 

Vers 6 mois, le livre est chargé de sensorialité : ce qui est important pour lui, c’est ce qu’il entend , ce qui se chante ( les comptines ) et cela va lui permettre de pouvoir faire le lien avec ce que ses parents racontent et le contenu du livre. Egalement, le premier rapport du tout-petit avec le livre, c’est la bouche : un livre doit être mordu, griffé ! 

A la fin de sa première année,  il peut montrer avec le doigt :  la littérature jeunesse lui présente le monde ( imagiers, livres à volets ) ; il apprend également les émotions, ce qu’il ressent; le vocabulaire des émotions est fondamental , celui des mots viendra ensuite » . 

« La littérature jeunesse est très riche pour la découverte du quotidien : la nourriture, le pipi,caca, dodo , le bain… »

P. Ben Soussan cite F.Ruy-Vidal qui a révolutionné la littérature jeunesse en déclarant : « Il n’y a pas d’art pour les enfants mais DE L’ART….Il n’y a pas de littérature pour enfants mais de LA littérature . Un livre pour enfants est un bon livre lorsqu’il est bon pour tout le monde ».

« Ce qui est très compliqué, dit P. Ben Soussan : peu de livres intéressent maman ou papa ou mamie ou la nounou ET le bébé ! 

Lire un livre avec un tout-petit entraîne une hyperstimulation des zones cérébrales ( y compris la motricité !) capitales dans le développement de l’enfant . C’est comme si on lui proposait plusieurs activités en même temps ! 

Dès son plus jeune âge, l’enfant doit rencontrer un livre . Il faut qu’il voie des livres autour de lui ET des personnes qui lisent ! 

Le tout-petit comprend les choses à partir d’images qu’il a vues dans un livre et qu’il essaiera de reproduire (monter un escalier, par exemple ) » . 

Patrick Ben Soussan  termine en déplorant le manque de temps que prétendent avoir certains parents pour lire avec leurs enfants : « La rencontre d’un livre avec un tout-petit , ça prend trois minutes ! » . 

Vous pouvez retrouver l’intégralité de cette intervention sur Youtube ci-après :

Article initié et proposé par Françoise D

Publication du mercredi 11 janvier 2023

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s